Archives pour la catégorie Loulou

Tout est super génial ! Anniversaire Lego

Quand on a 7 ans et qu’on est un TRÈS grand fan des célèbres petites briques de construction, -vous savez celles qui font mal aux pieds…- forcément, on veut un anniversaire Lego.

Un anniversaire Lego, ça commence avec l’invitation, inspirée des boites.
C’est un modèle trouvé sur le net, que j’ai seulement adapté.invitation-anniversaire-lego
10 petits jours après, le jour J était enfin arrivé, la journée avait débuté tôt, Messieurs les Loulous étaient bien trop pressés de retrouver les copains ! Lire la suite

Apprendre à lire l’heure – [DIY]

Avec Loulou, à chaque période de vacances, on se lance des petits défis…
Apprendre à faire du vélo, ses lacets, lire une histoire tout seul à ses frères et sœur…
À chaque fois, c’est un pas de plus vers l’autonomie.
La mission de ces vacances d’hiver était d’

Apprendre à lire l’heure. apprendre-heure

Depuis longtemps maintenant, on aide nos petits à se repérer dans le temps en les faisant observer la grande horloge de la maison.
« On mangera-goûtera-partira quand l’aiguille sera en haut. »
« Quand l’aiguille est en bas… Zou !  Au bain… »
« Tu peux jouer pendant encore 5 minutes, jusqu’à ce que l’aiguille soit… En haut en bas… »
Et ainsi de suite… Lire la suite

Le 100 ème jour d’école…

Cette année Grand Loulou est en CP.
Son Instit est très motivée, avec pleins de beaux projets tout au long de l’année.
Même si certains tombent à l’eau les uns après les autres, plan vigipirate oblige…

Elle a organisé la première partie de son programme autour du nombre 100.
Ainsi, les élèves fêteront leur 100ème jour de CP, mardi prochain…
avec plein d’activités en rapport au nombre 100…100-jours-ecole

Les enfants peuvent, s’ils le souhaitent, apporter une collection de 100 objets.
Nous avons été prévenus la veille des vacances, il a donc fallu trouver une idée facile et rapide à réaliser avec notre jeune écolier, qui soit un peu originale pour ne pas risquer de doublons en classe…
Petit papa aurait eu plus de temps et surtout moins de microbes, il aurait pu lui constituer une armée de 100 petits robots, avec son imprimante 3D-Maison…
3D-print-robot

C’est décidé, ça sera un bocal avec 100 M&M’s et un autre avec 100 Dragibus…
Une belle étiquette et voilà…
Mon grand est content. Il pourra ajouter sa participation à la fête et ils se régaleront avec…

Et dans les classes de vos « petits« , on fête aussi les 100 jours d’école ?

Blouse de peinture [DIY]

Pour la rentrée du grand, en plus du cartable et de la trousse garnie, les instits nous ont demandé une blouse de peinture…

J’aurais pu courir les magasins pour en trouver une…
Mais après réflexion et remémoration de souvenirs d’enfance, je me suis souvenue que petite je prenais une vieille chemise de mon père pour être bien protégée des tâches de peinture…

Après un petit tour dans le dressing de P´tit-Mari, je trouve une chemise qu’il n’a pas mis depuis au moins deux ans.
Elle est impeccable… Pas de tâches, ni de trou…
Tant pis pour elle, je vais quand même la malmener un petit peu. Lire la suite

Merci Maîtresse… ! [DIY]

Juin est déjà bien entamé… Je n’ai pas vu l’année passer…
Dans quelques jours, notre p’tit dernier –pour encore quelques mois– soufflera sa première bougie…

Juin, c’est aussi le début de l’été et la fin de l’année scolaire.
On dit au revoir aux copains, on en retrouvera certains dans la cour des grands à la rentrée prochaine.
On rapporte petit à petit tous les dessins et les différents projets réalisés à l’école au cours de ces 10 derniers mois.
On attend la fête de l’école avec une petite pointe de stress mais aussi d’impatience.
La fin de l’année, c’est aussi la saison des cadeaux pour les maitresses et les Atsem.
Ce qui soulève chaque année son lot de débats et de polémiques.
Oui, les instits font leur boulot, c’est leur métier de s’occuper de notre marmaille pendant les heures de cour…

Mais selon moi, c’est bien plus que ça ! C’est une personne de confiance à qui j’ai confié mon fils chaque matin d’école, le coeur léger.
Je ne passais pas mes journées à me ronger les sangs parce que je savais qu’il y était bien.
La maîtresse, ne lui a pas seulement appris à compter et à écrire, elle lui a appris à grandir et s’épanouir.
Pour moi, elle contribue aussi à l’ado et à l’homme qu’il sera dans quelques années.
L’année n’a pas été de tout repos pour nous, particulièrement ces toutes dernières semaines.
Mais je sais que nous avons pu avec le papa, trouver un soutien sans faille de la part de l’institutrice de notre p’tit bonhomme… dans des moments pas toujours roses !
Un peu comme si elle faisait partie de la famille… Et ceux qui me connaissent savent à quel point cette notion est forte par les temps qui courent !

Alors qui va pleurer le plus le dernier jour d’école… ? Moi ou mon fils…?
Sachant qu’il veut bien qu’elle reste en maternelle, mais uniquement si c’est pour être la maîtresse de son frère…

Alors pour remercier cette petite fée, qui sèche les larmes et soigne les bobos quand maman n’est pas là, on voulait lui préparer quelque chose à 4 mains avec Loulou…

Des boites de chocolat et des fleurs, je suis sûre qu’elle en recevra par brassées pendant les derniers jours de classe.
Je voulais quelque chose qui reste, mais qui s’accorde avec sa personnalité…
Quelque chose d’original mais pas tape à l’oeil…
Quelque chose qu’on puisse ranger au fond d’un placard sans trop de scrupules…

Quand la première année de maternelle de Loulou s’est terminée, nous avions décoré tous les deux une boite à mouchoirs avec des feuilles de décopatch et différents éléments en rapport avec l’école.
J’étais heureuse pour mon fils de voir que cette boite à mouchoirs trônait toujours au milieu de la classe de sa première maitresse quand je suis allée inscrire le Ouistiti…
On y avait ajouté un énorme panier en osier rempli de fruits. Ça change des fleurs et des chocolats et puis elle pouvait partager avec ses enfants, petits et grands…

Cette année, j’ai opté, en plus de la -désormais- traditionnelle corbeille de fruits et de la boite à mouchoirs -presque réclamée- ;), pour un cache-pot décoré avec l’aide de Loulou.

Je suis gentille, je vous dis même comment j’ai fait !
D’abord, il faut trouver un pot à bords assez droits.
Ça marche très bien avec un pot de confiture type Bonne Maman, mais j’avais mon p’tit pot carré vert anis qui me faisait de l’oeil.

Il vous faudra aussi des crayons de couleurs. Pas la peine de prendre des crayons ultra-chers, on va un peu les malmener… Le but n’étant pas forcement de s’en resservir par la suite, même si on pourrait finalement…
Du double face,
La Dremel de Monsieur,
Un bon taille-crayon.
Une petite plante à ajouter par la suite.

1ère étape :
Compter le nombre de crayons nécéssaires pour faire le tour du pot.
Si le pot est assez bas, comme le notre, vous pouvez diviser ce nombre par deux, puisque chaque crayon est coupé en deux à des hauteurs différentes.

crayon-taille

2ème étape :
Une fois que l’on a le bon nombre de crayons, déterminer à quelle hauteur on doit les couper.
Pas forcément au milieu, je trouvais ça plus sympa et plus «foufou» de faire des petits et des grands crayons sans aucune logique…
Il faut ensuite les couper, soit avec une bonne paire de ciseaux, une scie empruntée à monsieur Papa ou encore un p’tit coup de Dremel c’est super rapide.

On obtient alors deux bouts de crayon. Un avec une mine mais l’autre extrémité malmenée… Il suffit alors de poncer très rapidement et légèrement pour obtenir un crayon bien droit comme il l’était au début.
L’autre bout de crayon, a une extrémité nickel, mais il ne lui manque qu’un petit passage par la case taille-crayon pour se refaire une beauté… Pour cette étape, on peut embaucher des p’tites mains… qui se feront une joie de vider le taille-crayon au milieu du salon… 😉

3ème étape :
On regroupe ensuite tous nos p’tits crayons et on les dispose un peu comme on veut, sur le double-face qu’on aura préalablement déposé sur tout le tour du pot.
On appuie bien sur tout l’ensemble pour s’assurer que tout tienne bien.
On peut éventuellement ajouter pour la déco mais aussi pour solidifier l’ensemble un joli ruban.
pot-crayon

Et voilà ! Une jolie petite plante ! Et c’est fini ! 
Allez c’était facile ! L’étape la plus compliquée… Retrouver les outils sur l’établi de Monsieur… mais ça, c’est une autre histoire… 😉 Lire la suite

Comprendre le temps qui passe…

… Et faire le bilan de sa journée.

Loulou, comme beaucoup d’enfants de son âge je pense, a beaucoup de mal avec la notion du temps.
Pour lui, c’est soit hier, soit maintenant, soit demain.
Il commence à intégrer la notion d’avant-hier et d’après-demain mais ce n’est pas encore tout à fait ça.
Il y a quelques mois, c’était hier-hier-hier ou demain-demain-demain…
À nous, alors, de compter le nombre de «hier» ou de «demain» pour savoir de quel jour il parlait.

Et puis avec l’arrivée de son ToutPetitFrère, Monsieur s’est affirmé, mais pas forcément dans le bon sens.
Jouant beaucoup sur la corde sensible de sa maman qui aurait bien aimé se faire greffer quelques bras en plus cet été… Il a donc fallu trouver un moyen de recadrer tout ça gentiment… Sans rentrer dans le tas !

C’est un p’tit garçon timide qui fonctionne beaucoup à la reconnaissance.
Il a peur de mal faire à l’école, peur qu’on se moque de lui…
Et en même temps, il ne nous dit pas ce qu’il se passe à l’école…
En gros, c’est « si tu veux savoir, tu n’as qu’à être là »
Dur dur pour Maman qui voudrait bien être une petite souris parfois…

On a instauré depuis quelques mois maintenant, un calendrier, que Loulou doit remplir chaque soir avant d’aller se coucher,
La case est coloriée en vert si son comportement de la journée était bien, 
En orange, si il y a eu quelques couacs mais que dans l’ensemble la journée s’est bien passée.
Ou en rouge, si nous avons eu affaire à un vrai petit diable…

On lui demande selon lui de quelle couleur doit être la case et pourquoi.
Une façon de réfléchir et repenser aux bons moments mais aussi aux moins sympas et de pouvoir en reparler au calme avec un peu de recul.
Faire le bilan de la journée, tout simplement ! 
DSC_9605-rtj

Au début, on déterminait une période au bout de laquelle, s’il y avait moins de 3 cases rouges, il recevait un petit cadeau (une figurine lego pour la plupart du temps).
Au fil du temps, il n’a plus eu besoin de cadeau, il était content de voir son tableau virer au vert à fur et à mesure des jours.

Une méthode pour allier « temps qui passe », « coloriage » et « discipline » à moindre frais et sans prise de tête.
Il suffit d’imprimer des calendriers tous simples que l’on trouve sur le net et de détarminé un barème d’appréciation.

On a opté pour le coloriage pour remplir ce calendrier, parce que Loulou est fâché avec…
Il n’est pas du tout attiré par une feuille et des crayons, ce qui posait quelques soucis à l’école l’an passé…
C’est donc une façon ludique pour l’aider à s’améliorer sur ce point.
Mais vous pouvez utiliser des gommettes ou des tampons pour les plus petits ou encore dessiner des smileys…

J’aimerai bien que l’année prochaine ou la suivante, il note en 2 ou 3 mots ce bilan dans la case du calendrier, en plus des couleurs…

Et vous ? Comment faites-vous le bilan de la journée avec vos petits ?

Premier anniversaire pour mon grand.

Alors non je vous arrête tout de suite…
Je ne perds pas – totalement – la tête.

Loulou est invité pour la première fois à aller fêter l’anniversaire d’un de ses deux copains.
Malheureusement, ce copain déménage dans 3 semaines.

L’année dernière déjà, il se liait d’amitié et à la fin de l’année le petit s’en allait…
J’ai un peu mal au cœur pour mon petit.
Je ne connais pas trop cette place de « celui qui reste« , moi j’étais plutôt « celle qui part« .

Premier anniversaire pour Loulou.
Je suis contente pour lui.
Mais en même temps, mon ptit cœur de maman flippe grave comme on dit.
Bah oui, les seules fois oú je l’ai laissé à des inconnus, c’est à la crèche et à l’école.
Donc les inconnus étaient des professionels de la petite enfance.

Les mamans de l’école, on se croise, on se dit bonjour, 2-3 mots vite faits le temps que chacune récupère sa marmaille à la porte de l’école, gentillement poussées vers la sortie quand on sattarde un peu trop…
Bref les mamans de l’école, je ne les connais pas trop.
Parfois même pas les noms, par exemple pour beaucoup je suis la maman de Loulou…

Alors voilà, laisser mon grand pour qu’il s’amuse avec des copains pendant un anniversaire…
C’est compliqué pour la maman poule que je suis !
Toujours peur pour mes enfants…
Peur qu’il tombe ou se blesse,
Peur de l’accident,
Peur qu’on lui fasse du mal,

Alors oui je dois destresser un peu -beaucoup-, relâcher un peu la pression, lui faire confiance et ne rien laisser transparaître pour ne pas entâcher son bonheur d’aller à l’anniversaire de son copain.

Rien que de voir la joie et le plaisir qu’il a eu a aller acheter un cadeau pour son copain.
Répétant, tout fou et tout fier, à qui voulait bien l’entendre que c’était pour « mon copain Tom parce que demain c’est son anniversaire »...
Je ne peux que me réjouir pour lui et me dire qu’il sera bien avec toute sa troupe le temps d’un après-midi, avant d’affronter encore un long mois et demi de vacances…
Et charge à moi de profiter de ce temps pour pouponner mes deux plus petits…

5 ans d’amour et 3 enfants…

Si on m’avait dit il y a un peu plus de 5 ans que je serai l’heureuse maman de 3 enfants et la ptite femme comblée de monsieur ptit mari…
J’aurais très certainement rigolé un bon coup avant de prendre mes jambes à mon cou…

Moi qui me pensais être une vaccinée de l’amour et de ses coups bas.
Ceux qui font mal au cœur et qu’on pense ne jamais s’en remettre.
Ceux qui vous font toucher le fond sans voir aucune fin heureuse et vous font douter des hommes…
Ceux qui vous laissent entrevoir un avenir plutôt morose dans un appartement, toute seule, entourée de chats et de poissons rouges…

Et puis la vie vous réserve des surprises, des mauvaises, des bonnes voire même des très très bonnes !
Comme ajouter un jour de plus en 2008, et placer sur la route un jeune homme (à l’époque 😉 )
Ensuite tout s’enchaîne, moi qui ne croyais plus à l’amour, je me laisse emporter, comme ça… Sans rien y faire et sans rien pouvoir y faire.

Tout s’est enchaîné, sous les regards médusés, incompréhensifs et méfiants de notre entourage.
Seuls les plus proches ont semblé nous comprendre… En même temps, on ne leur a pas laissé trop le choix…
Les autres n’attendaient qu’une chose : notre chute, qu’ils espéraient brutale!

Il faut dire que nous n’avons pas forcément fait les choses comme il est convenu de les faire…

Une rencontre, un emménagement, l’achat d’une maison, un bébé, un voyage de noce avant même les noces, un pacs, un mariage, et la naissance de notre premier enfant.
Tout cela en moins de 10 mois…

Un peu plus de 5 ans et 3 enfants plus tard, je me dis que notre folie a payé, nous avons fait mentir toutes ces mauvaises langues qui n’auraient pas parié un centime sur notre couple…

Tout ça pour dire que mon ptit homme je l’aime.
Bien plus qu’il ne puisse l’imaginer… Et le remercier de faire de moi la femme que je suis aujourd’hui.
D’avoir confiance en moi pour deux, de croire en mes projets les plus fous, répondre à mes envies les plus farfelues…
D’être là pour nos enfants, pour moi,
Partageant toujours son temps entre nous, quitte à rogner sur son temps « perso », celui dont on a tous besoin pour être bien…
Le confort et le bonheur de notre famille prévaut sur le sien.
N’étant heureux que si nous le sommes…
D’avoir supporter les longues heures d’attente et de stress, ponctuées de contractions, lors de la naissance de notre petit dernier cette nuit… Le tout sur un tabouret des moins confortable…

Et comme dit un célèbre chanteur bien aimé des français, maintenant à la retraite.
« J’aurai eu des enfants mais pas ceux-là.
Ma maison est là, exactement dans ses bras !  »
C’est pas pour rien qu’elle clôturait notre cérémonie de mariage… 😉

Alors oui la vie nous réserve de jolies, très jolies surprises ! Et c’est ce qui fait quelle vaut d’être vécue à fond.
Et de profiter de chaque instant sans trop se poser de questions en laissant les soucis de côté…
Si je ne devais retenir que quelques moments parmi les plus forts, ce seraient sans hésiter lorsqu’il a tenu nos enfants pour la première fois dans ses bras.
Un regard embué qui en dit long, bien plus que toutes les déclarations d’amour… Et même bien plus qu’un oui, prononcé la voix un peu tremblante d’émotion un certain 30 août…

Je suis amoureuse tout simplement de mes 3 p’tits mecs et leur papa.

20130615-195328.jpg

Avoir 3 garçons…

lego-vracAvoir 3 garçons, c’est :
Essuyer les remarques pas toujours très fines qui ont parfois le don d’énerver : 
« Encore un garçon » (En même temps, si c’est pas une fille, y a pas 30 possibilité non plus…)
« Va falloir tenter un 4ème pour la fille » (Et si le 4ème est « encore » un garçon, on le renvoi d’où il vient…)
« Vous être prêts pour l’équipe de foot. » (Oui et on pense sérieusement à ajouter l’entraineur, l’arbitre et éventuellement 2 ou 3 remplaçants… On ne sait jamais)
« Pas trop déçus » (D’avoir des enfants en bonne santé, non pas trop… Ça va merci ;))
« Dommage »
« Pas de chance »
ou encore « Bon Courage » (Je connais des petites filles bien plus casse-cous et turbulentes que mes loulous… Alors avoir une fille n’est pas un gage de tranquillité…)

On en viendrait presque à s’excuser… Un peu comme quand un fumeur vient vous demander du feu, à vous qui êtes non-fumeur…

Bon, c’est aussi renoncer aux jupes qui tournent, aux robes roses et aux p’tits hauts a froufrous. Pas de barrettes dans les cheveux et de couettes non plus.
Mais on se rattrape avec les copines qui, elles, n’ont que des filles… Comme quoi…

Les princesses et Hello Kitty n’ont pas droit de citer à la maison.
Nous, c’est plutôt Mickey, Flash Mc Queen, Buzz et Woody…
On y ajoute parfois quelques pirates et chevaliers.
Petit à petit, influence de l’école oblige, Superman et Batman se font aussi leur place…

D’ailleurs, pour la petite anecdote, allez donc faire les courses avec un Ouistiti qui entre en transe dès qu’il aperçoit Mickey au coin d’un rayon… Alors bien sur le rayon jouets est évité, mais la souris est présente un peu partout maintenant… Sur les boites de céréales, les pots de yaourts et même les paquets de pâtes…
Et Monsieur fait ses courses…
Donc ce soir, au menu c’est pâtes «Mickey»… Ça nous change un peu des pâtes alphabet… 😉

Alors oui, je n’ai QUE des garçons. 
Mais quand on voit la complicité des deux grands, on se dit qu’une fille serait un peu perdue au milieu de nos deux crapules aux coeurs tendres…

Et puis, je vais vous avouer un truc.
Mes p’tits mecs… Ils font p’tet des cascades à vélo et des courses de voitures…
Mais ils jouent aussi à la poupée et à la dînette. 
Parce que la guerre des sexes n’a rien à faire à cet âge là !

Alors non, nous ne sommes pas «déçus» de n’avoir que des garçons… !
Nous avons des enfants en bonne santé, que nous aimons de tout notre coeur et qui nous le rendent bien !
Et non, madame la vieille chouette à la caisse ce matin, je ne vais pas en vendre un pour avoir une fille !
Nanmého !

 

BoumBaDaBoum !

pansementsL’angine du grand est doucement en train de nous quitter…
Pour le moment du moins…
Parions que les microbes reviendront nous rendre visite d’ici la fin de l’année scolaire…

Mais Loulou, a voulu revoir le médecin aujourd’hui…
Il faut dire que notre doc’ donne des bonbons aux enfants après l‘auscultation…
Alors forcément le grand est prêt à tout, ou presque, pour aller le voir, même à s’éclater le menton sur le carrelage chez ses grands-parents 30 minutes avant leur départ en vacances…

Ça a du bon l’école… mais pas que !
Il a appris à faire des roulades – ou galipettes, comme on dit chez nous – sauf qu’à la maison, et bah on n’a pas de tapis de gym pour se récupérer…
Alors hier, c’était sur le lit de papa-maman, on a juste eu le temps de le rattraper par le slip avant qu’il ne s’écrase le crâne sur le parquet…
Quelques larmes et une grosse frayeur plus tard, il était déjà prêt à recommencer…
Alors on explique, on répète…

Mais visiblement pas assez !

Pressé de montrer ces nouveaux exploits, il s’élance pour une roulade, glisse et atterrit tête la première sans rebondir sur le carrelage…
Pas le temps de crier « Non« , il est déjà en pleurs.
Alors on s’assoit et on essaye vite de sécher les larmes et là, du sang… mais d’ou vient-il…

Maman est un – tout petit – peu stressée…
Son grand bébé est un peu amoché…
Mon p’tit coeur de maman a aussi mal que Loulou…

Premier réflexe, appeler le médecin, qui sympa, nous attend pour partir en pause déj’…
Pas très envie d’encombrer les urgences «pour si peu» et Loulou est de nature assez stressé face à des visages qu’il ne connait pas…
Le médecin l’examine et ouf ! Pas besoin de point, juste des stéristrip qu’il doit garder une semaine…
Mais qui se décollent déjà au bout de 5 minutes.
On repart donc avec une ordonnance, stéristrips, compresses et désinfectant…

En fin d’après-midi, la plaie saigne toujours un peu et sur conseil de la pharmacie, nous voilà repartis direction l’hôpital.
Le stress de Maman remonte encore d’un cran… ou deux…
Comment gérer les urgences avec 2 enfants ?

Comment expliquer à Loulou que d’autres médecins vont devoir regarder sous le pansement ?
Comment lui expliquer qu’il devra peut-être avoir des points de suture ?

Dois-je vraiment lui en parler avant même de connaitre la décision du médecin ?

Et finalement, 5 minutes après notre arrivée, Loulou est pris en charge par les médecins, très prévenants et prêts à faire les clowns…
Ouf ! Les points ne sont pas utiles !
Un bisou du Loulou à son équipe médicale de choc et zou !
20 minutes après notre arrivée, on remontait en voiture avec le sourire…
Et P’tit Ouistiti qui du haut de ses 18 mois, répétait « Et boum ! » à son grand frère, en voulant lui faire des câlins pour le consoler…

Alors ça y est les bobos sont soignés, plus de peur que de mal, mais c’est pas une raison pour recommencer !
Tous les hommes de la famille ont une cicatrice sur le menton…
À croire qu’il voulait ressembler encore plus à son papa…