Archives pour la catégorie Monsieur Bébé

L’école, Stilling Duane et les lunettes…

La rentrée est désormais passée, la vie a repris son cours, rythmée par les allers-retours à l’école et les rendez-vous…
Et si tout le monde était pressé de retrouver les copains et les maitresses, mon petit coeur de maman était tout serré.

J’avais certaines appréhensions pour mon tout petit qui rentrait pour la première fois à l’école…
Oui, autant le dire clairement !  J’avais peur pour lui !
Pas tant sur l’école à proprement parler avec la séparation, les nouveaux rituels, les nouvelles règles à intégrer,… Arthur est comme un poisson dans l’eau de ce côté là…

Non, j’avais plus de craintes concernant ses yeux…
J’avais déjà évoqué l’amblyopie et le syndrome de Stilling Duane, il y a quelques temps.
Pour résumer dans les très très grandes lignes, les yeux d’Arthur (surtout le gauche) ont une amplitude de mobilité réduite, il ne voit pas ses pieds si sur sa gauche.
L’oeil droit est atteint de dégénérescence maculaire, autrement dit un « trou » qui s’apparente à une tâche au milieu de l’oeil qui s’agrandit avec le temps…
Les deux yeux n’ont pas la même acuité visuelle, c’est ce qu’on appelle l’amblyopie, qui se traite en cachant à tour de rôle l’oeil le plus fort et l’oeil 
paresseux.

Et pour rassurer Maman, Monsieur n’a rien trouvé de mieux que de s’ouvrir l’oreille 10 jours avant la rentrée à cause d’un jouet qui traine et d’une chaise mal rangée…avis-urgence-centre-hospitalier-sud-francilien
À la maison, tout est aménagé pour lui faciliter la vie…
Que ce soit sa place à table pour manger, sur le canapé pour regarder la télé.
Les grands frères qui ont pris l’habitude ranger leur chaise, de laisser le passage libre sans jouet, ni chaussure qui traine.
La main qu’il me donne dans la rue, la place qu’il occupe en voiture…
Tous ces petits gestes du quotidien qui peuvent sembler naturels mais qui ont été pensés, réfléchis, optimisés durant ces deux dernières années…

À l’école, ce n’est pas forcément le cas…

Et comme c’est un véritable acrobate et cascadeur, les personnes qui ne sont pas au courant de sa pathologie le prennent juste pour un petit garçon un peu maladroit… qui se prend souvent les pieds dans le tapis…

Ajoutez à cela les caches d’occlusion qu’il doit porter plus ou moins longtemps en fonction de son traitement.
Un cache qui l’handicape un peu plus, ne lui permettant de voir que de son oeil le plus faible et le plus atteint pour le stimuler d’avantage et réduire l’écart entre les deux yeux.
Un cache qui fait mal quand on le retire, la peau est si fine et si sensible tout autour des yeux.
Un cache qui gène quand il fait chaud.
Mais aussi un cache qui suscite les questionnements des copains…
Et même s’il n’a que 3 ans, le regard des copains commence parfois à le déranger…

Dans ces conditions, pas toujours facile de lui faire garder les lunettes et les caches…

Alors on ruse, Maman colle des stickers maison riquiqui, sur les branches des lunettes, qu’on change au gré des humeurs…micro-stickers
Et on opte pour la nouvelle gamme de pansements orthoptiques 3M™  Opticlude™ Silicone qui propose des caches d’occlusion colorés… et en silicone.traitement-occlusion-orthoptique-enfant-amblyopie Lire la suite

MissLili et les tasses d’apprentissage Difrax [Test et Concours]

Difrax est une marque qui prend soin des bébés néerlandais depuis 1967, et qui depuis quelques années maintenant s’occupe de tous nos bébés…
Cela passe par les tétines, les biberons aux formes surprenantes mais ergonomiques, mais aussi tout ce qu’il faut pour bien manger, bien boire et bien grandir quand on est tout petit…logo-difrax-seal
Ça tombe bien puisqu’aujourd’hui on va parler tasse d’apprentissage…
Et si vous êtes sages et que vous lisez tout jusqu’à la fin, il se pourrait que vous tombiez sur un formulaire pour un concours…
Mais Chut ! Moi je n’ai rien dit…

MissLili, ma chipie préférée, a pu tester les tasses d’apprentissage Difrax.
Niveau timing, c’était parfait puisqu’elle est dans sa phase du je veux manger toute seule
Autant dire qu’au premier petit suisse, elle a fait chaise haute et bain direct… Lire la suite

Suivre son intuition… [Le syndrome de Stilling-Duane]

Comme tous les bébés, notre tout-petit louchait un peu les premières semaines.
Et les semaines sont devenues des mois…

Quand j’en parlais au médecin lors des visites mensuelles, j’avais droit à un « Mais madame, c’est votre 3ème enfant, arrêtez de stresser pour rien…“
Oui mais justement les 2 grands ne faisaient pas ça.
Je vois bien qu’il y a quelque chose, sans toutefois le comprendre ni l’expliquer…

À la visite suivante, on me conseille de prendre rdv en urgence chez l’ophtalmo…
Euh, pourquoi ce revirement soudain de situation ? Lire la suite

À 20 mois…

À 20 mois, on est plus vraiment un bébé mais pas encore un p’tit garçon. 20-mois
Il va d’ailleurs falloir que je lui trouve un nouveau surnom, « MonsieurBébé » n’est plus vraiment d’actualité.
Monsieur s’est décoincé ces deux dernières semaines et est maintenant devenu une vraie pipelette…
Comme tous les enfants de son âge, il mâche ses mots, mais sait très bien se faire comprendre de son entourage… Lire la suite

A la recherche DU doudou ! (Concours)

Avant la naissance de mon tout petit, je suis partie en quête DU doudou.
J’en voulais un mignon, pas trop gros, qui s’attrape facilement, d’une marque assez connue avec la possibilité d’en recommander si une disparition venait à être déplorée…
Tous ces critères pour ne pas retomber sur l’expérience doudouesque que nous connaissons avec Numéro 2, qui a choisi un doudou qui nous a été refilé et qui date de 3 ans avant sa naissance.
Et qui donc n’est disponible nulle part…

Bref, je pensais avoir trouvé The doudou !
Sauf qu’il est blanc et je pense qu’il ne restera pas présentable pendant des années…
Alors vite vite changeons de stratégie et de doudou avant qu’Arthur ne s’y attache trop.
Tout en gardant les mêmes critères… Petit, pratique, facilement interchangeables.
doudou-arthur

Parmi les objets qui suivent mon p’tit bonhomme dans chacun de nos déplacements, on trouve des tétines qu’il ne prend que dans le cosy. Pas facile d’attraper son pouce quand on est harnaché avec le manteau en plus. 
Un petit hochet, en forme de canard , choisi par ses frères pendant que nous étions à la maternité.
Et des langes en tissus, de toutes les tailles, des toutes les formes et de toutes les couleurs. 

Oui, on sort de la traditionnelle couche en tissus blanche de notre enfance.
Les nin-nin comme beaucoup les appelle se font élégants maintenant.
Avec des étoiles imprimées, les animaux de la jungle brodés, ou simplement de couleur pour assortir à la tenue du jour ou à la déco de la chambre…
Mais mon préféré et apparemment le préféré de mon tout petit , c’est celui brodé à son nom.
lange-arthur


 J’ai découvert un site qui propose une multitude d’idées cadeaux pour les naissances.
Pour tous les goûts, pour tous les budgets… !
Je suis sympa, je vous donne mon adresse : C’est «Mon Cadeau Préféré»
Mais l’article qui m’a tapé dans l’œil

reste et restera sans conteste le lange en tissu personnalisé.
On y choisit la couleur, le texte et la couleur du texte à broder pour obtenir le lange qui vous ressemble.
J’aime cette idée qu’un objet ait été fait spécialement pour le destinataire.
Surtout pour les tout-petits…

Me voilà conquise, Arthur aussi visiblement quand on voit qu’il s’attache de plus en plus à ce bout de tissus.
Je pense d’ailleurs en offrir pour les naissances à venir dans mon entourage… Enfin pour ça il faudra attendre que les prénoms nous soient dévoilés…

Alors chez nous, les couches en tissus sont multi-usages, elles cachent du soleil et de la luminosité. Mais aussi du vent et de la pluie.
Elles servent de bavoir, évitent d’avoir le t-shirt mouillé quand les dents poussent et protègent le p’tit cou à l’air
Avec option doudou maintenant !
On en reparle dans 2 ou 3 mois, mais d’ici à ce qu’il ai son doudou lapin blanc ET son lange Arthur gris comme compagnons des premières bêtises, ça ne m’étonnerais guère.
Ça ne serait pas le premier… 😉
Pour mon grand, j’avais coupé un lange en quatre et recousu des étiquettes toutes douces sur chaque morceau. J’avais alors 4 doudous de poche (de secours). Jusqu’au jour où monsieur a décidé qu’il lui fallait les 4 en même temps 😉
Sacré Loulou !

Et bonus de dernière minute pour les courageux/ses qui ont lu jusqu’ici…
Il y a un lange personnalisé à gagner jusqu’au 14 mai 2014 ! 

Alors à vous souris, pour participer il suffit de :
Devenir fan de la page Facebook de RangeTesJouets et de Mon Cadeau Préféré, si ce n’est pas déjà fait,
Partager le concours (Facebook, Twitter, Instagram, tam-tam ou signaux de fumée…)
et de venir me laisser un commentaire avec le lien du partage et la personnalisation souhaitée. Vous retrouvez toutes les combinaisons possibles ici.

Une seule participation par foyer, même nom, même adresse (postale, mail, ip).
Concours réservé à la France Métropolitaine.
Le gagnant aura une semaine pour me communiquer ses coordonnées complète, sans réponse, je procéderai à un nouveau tirage au sort.

 

Il y a un an, nous étions déjà cinq…

20131025-141240.jpg

Il y a un an, on appelait SOS médecins pour le grand à cause de laryngite aiguë et de quintes de toux qui n’en finissaient pas.
Une dose de Solupred. Et le médecin repart en nous demandant d’attendre une heure avant de le coucher.
Une heure au cours de laquelle il s’endormira dans mes bras.
Une heure au cours de laquelle, on discutera avec son papa.

Au cours de cette soirée, il y a eu des mots que l’on regrette, ceux qui quand ils sortent de notre bouche font mal et nous font mal.
Un an plus tard, on se demande encore comment on a pu penser ça 1/4 de seconde.

Il y a un an, je savais, je sentais que numéro 3 viendrai gonfler les rangs de la fratrie.
Sans avoir fait aucun test, au plus profond de moi je le savais
.

Le test, je l’ai quand même fait le lendemain matin.
J’ai attendu que monsieur parte travailler.
Il ne devait pas être au coin de la rue que je savais déjà que nous allions être 5…
J’ai patienté toute la journée en essayant de ne rien laisser paraître.
Partagée entre la joie de devenir à nouveau maman et la crainte d’accueillir un nouveau né alors que le ouistiti venait tout juste de souffler sa première bougie.
Peur de tout chambouler à la maison.
De ne pas y arriver.
Qui devra partager sa chambre.
Changer la voiture.

Il y a un an, on était partagés.
Cette naissance n’est pas un accident mais plutôt une jolie surprise.
Pour Ouistiti, il a fallu plusieurs mois, de nombreux test négatifs et je ne compte pas les faux espoirs et les déceptions.
On pensait que ça prendrait du temps et
On a oublié de faire un bébé.
On a arrêté d’y penser 24h sur 24.
J’avais fait mon deuil de cette troisième naissance et m’étais lancé dans de nouveaux projets, de nouveaux défis…
Et monsieur est arrivé 😀

Chacun « campait » sur ses positions.
Et puis un déclic une évidence on serait 5 cet été et puis c’est tout !

Aller chez le médecin avec le papa.
Voir cette toute petite chose à l’écho et se lancer dans l’aventure à corps perdu.
Se rendre aux urgences 3 jours après et s’entendre dire par le remplaçant de super médecin que je suis en train de faire une fausse couche.
Et là c’est le drame !
On l’aimait déjà ce petit pois sauteur.
On se rend compte qu’il tient déjà sa place dans notre famille quand on est sur le point de le perdre
.

Mais c’est un battant.
Prise de sang toutes les 24h et
Ce n’était qu’un « petit » décollement qui s’est résorbé avec du repos.
Autant dire que le début de grossesse n’a pas été des plus serein.

Mais le principal est d’être là.
En pleine forme, tous les 5, un an après.
Et unis plus que jamais
.

Un brouillon écrit à 5 h avec un tout petit endormi dans les bras après la tétée.
Et se dire qu’on s’est pris la tête pour bien peu de chose.
Que seraient nos vies, ma vie, sans lui.
Sans eux.

Un mois…

Un mois déjà. 
Un mois seulement.

1-mois

Un mois qui a filé à une vitesse folle.
Seulement un mois qu’il a rejoint notre famille et qu’il y a prit sa place.
Mais c’est comme si on l’avait attendu toutes ces années.
Un mois seulement et l’impression de le connaître depuis toujours.

Un mois déjà.
30 petits jours qui ont défilés les uns après les autres.
30 jours en presque 2000 photos.
C’est devenu quasiment un rituel quotidien.
Une photo avant et une photo après le bain.
Si monsieur est bien disposé…
Papa sourit en voyant les poses se multiplier et les cartes mémoire se remplir

1 mois.
30 jours.
4 semaines et demie.
30 bains. (Un moment que l’on apprécie enfin. Les premiers bains se sont fait dans les cris et les larmes…)
200 couches en taille 1 qu’on replie car elles sont encore bien grandes.
Et autant de tétées. Des tétées repas ou des tétées câlins quand plus rien ne calme ce tout petit…
30 réveils la nuit pour une tétée et un câlin rien que tous les deux dans une maison calme.
30 nuits à se réveiller en sursaut et vérifier qu’il respire bien.
30 jours à jouer à la poupée chaque matin.

Des yeux qui s’ouvrent de plus en plus souvent et de plus en plus longtemps.
Des yeux bleus-gris qui virent au gris-marron.
Des cheveux qui, il y a un mois étaient noirs, éclaircissent tout doucement et les pointes tirent vers le châtain foncé.
10 ptits doigts qui s’agrippent au t-shirt quand il est l’heure de manger.
Une petite tête qui se cale dans mon cou pendant nos balades.
Des sourires aux anges et des éclats de rire pendant son sommeil.
Un premier vaccin sans trop de larmes. J’avais prévu une tétée de réconfort… Même pas eu besoin.

Les pyjamas et bodies en taille naissance iront bientôt rejoindre le grenier.
Déjà.

Arthur
30 jours. 
Un mois. 
3.370kg
49,5 cm
Et toute la vie devant toi !

Les journées passent trop vite.
Bientôt il ne nous restera que les souvenirs….
Et trois grands gaillards d’1m80…

Les cadeaux de naissance… Concours

Avec la naissance de notre petit dernier, beaucoup de proches nous demandent ce qui nous ferait plaisir comme cadeau de naissance, de quoi on pourrait avoir besoin…
J’avoue qu’on sèche un peu.
Avoir un troisième enfant implique qu’on a déjà tout l’équipement de puériculture, surtout que les naissances ne sont pas trop éloignées les unes des autres.

Sans réel besoin, on se laisse tenter par des coups de cœur,
C’était déjà le cas pour le second, qui s’est vu offrir un Doomoo super confortable, remisant ainsi le transat quasi neuf de son frère au grenier…
Pour notre tout petit, l’heure est encore à la réflexion…

On reçoit 36 doudoux en exemplaire unique.
Parfois même, reçus en cadeau et qu’on nous refilent comme ça, sans trop de scrupules.
Le problème, c’est quand Ouistiti a jeté son dévolu sur ce doudou là et pas un autre !
C’est pourtant pas faute de lui en avoir proposé d’autres.
Et d’apprendre par la suite que le doudou en question n’est plus commercialisé depuis 2008…
Donc impossible de lui trouver un frère jumeau…
Autant dire qu’on est toujours en train de vérifier que doudou soit bien attaché…

On reçoit aussi 40 tenues en 3 mois.
Des tenues qu’il ne pourra mettre qu’une seule fois si on veut faire plaisir à tout le monde…

Et puis il y a les petites attentions…
Comme ça de gens qu’on ne connait que professionnellement…
C’est comme ça qu’à la maison, on se retrouve avec un pensionnaire de plus.
Le renne d’activité de Babymoov.
renne-babymoov

Même si notre tout petit ne peut pas encore prendre soin de lui, à savoir le mâchouiller, le lancer ou encore le traîner par terre…
Je connais deux grands frères qui se battraient presque pour le garder pour eux.
Si on déplore une disparition de renne, il suffit d’aller voir dans une des chambres.
C’est comme ça qu’il explore la maison…
On le retrouve dans un lit, caché sous l’oreiller, sur le coffre à jouets…

Qu’a-t-il de si particulier ce renne…?
D’abord une bonne bouille rigolote
En plus, il a 3 copains aux couleurs vives et aux noms délirants qui donnent envie de compléter la collection.
babymoov-peluche
Il propose des activités variées, si appréciées des plus jeunes.
Du papier bruissant, un hochet, un miroir, des rubans à triturer, des oreilles à mordiller…
Sa taille est idéale pour l’emmener partout, pas trop petit pour qu’il soit intéressant pour bébé mais pas trop grand pour ne pas remplir à lui seul le sac souvent très/trop chargé de maman.
Avec son crochet en plastique, on peut l’accrocher où on veut pour accompagner bébé sans avoir peur de le perdre (la peluche, pas le bébé hein 😉 )

Babymoov l’a bien compris, c’est aux parents qu’il faut plaire en proposant des produits de qualité, adaptés à la vie quotidienne.

À l’occasion de la naissance de notre tout-petit, Babymoov m’offre la possibilité de vous faire gagner, du 5 au 29 juillet 2013, l’une des peluches d’activité de votre choix.
Alors à vous de jouer !

Il suffit de :
– liker les pages Facebook de Babymoov, celle de RangeTesJouets aussi, enfin c’est pas obligé, mais ça fait plaisir…
– laisser un commentaire avec le choix de la peluche.
– m’aider à faire ma liste de naissance idéale en m’indiquant quel est, pour vous, le produit Babymoov utile et indispensable à l’arrivée de bébé…
– croiser les doigts en attendant patiemment le tirage au sort.
– crier de joie, faire une petite danse de la victoire si on a gagné et venir me donner ses coordonnées par mail…

Concours par tirage au sort parmi les commentaires valides.
Une seule participation par adresse IP.
Réservé à la France Métropolitaine.

renne-babymoov-2

Et pour vous le cadeau de naissance idéal, c’est quoi ?

100 p’tites fées… Bai Jia Bei

Après avoir tricoté une brassière en laine pour l’arrivée de mon premier loulou, que mes 3 petits ont chacun porté le 1er jour de leurs vies,
Après avoir tricoté une couverture toute douce pour mon second,
Après les avoir vu fleurir sur de nombreux blogs,
J’ai très envie de confectionner une couverture aux 100 vœux, plus connue sur le net sous le nom de Bai jia beii pour mon tout petit Arthur.
Mais pour ça j’ai besoin de vous…
Le but est de confectionner une couverture en patchwork, composée de 100 coupons de tissus.
Le plus pratique est d’utiliser du coton, plus facile à coudre, plus facile à entretenir, il tient mieux au lavage et ne se déforme pas…

J’aime cette idée que 100 petites fées, connues ou pas, se penchent sur le berceau de mon petit.
J’aime me dire que cette couverture le suivra tout au long de sa vie d’enfant. Et qui sait, qu’un jour son premier enfant y fasse quelques jolis rêves.
J’aime l’idée que cette couverture le protège des cauchemars,
J’aime cette idée que ces 100 carrés de coton deviennent un livre d’or que l’on a plaisir à effleurer du bout des doigts, pas comme un simple carnet que l’on range délicatement sur une étagère sans l’ouvrir pour en lire les témoignages d’amour et d’amitié laissés pour les heureux événements.

J’ai donc besoin de vous, je sais que vous êtes pas mal sollicitées en ce moment avec toutes ces Bai jia bei qui voient le jour grâce à vous…
J’aurais besoin de coupons, de préférence en coton, de 20cm sur 20.
Vous pouvez prévoir une petite marge pour les coutures.
Pour les couleurs, j’aimerai bien un camaïeu de bleus et beige… Unis ou à motifs
Quelque chose de doux et intemporel…
Qu’elle puisse l’accompagner durant de nombreuses années…
Mais après c’est vous qui décidez… 😉
Quels que soient les motifs et les couleurs, cette couverture aux 100 vœux sera forcément la plus jolie… Tout simplement parce qu’elle sera faite avec amour et générosité…

Pensez aussi à y ajouter un petit mot, éventuellement accompagné d’un échantillon du tissu choisi ,que l’on gardera précieusement dans notre boîte à souvenirs…

Si vous souhaitez participer et faire partie de ce projet qui me tient à cœur, n’hésitez pas à m’envoyer un petit mail
.
J’aimerais pouvoir lui offrir cette couverture pour son premier anniversaire.
Arthur n’a que 15 jours, j’ai un peu de temps me direz-vous…
Certes mais je pense que la collecte est l’étape la plus longue…

Merci à vous… Nos petites fées…
De prendre un peu de votre temps et de votre énergie pour ce projet… 😉

Et puis un autre rêve un peu fou… Offrir des Bai jia Bei à mes 2 « grands »… Mais ça risque de prendre du temps… Beaucoup de temps…

Bonne fête Papa…

20130616-133542.jpg

Dimanche 16 juin, jour de fête des pères en France.
Une journée ensoleillée chez nous.
On voit la vie encore un peu plus en bleu depuis 24h.
Car Monsieur P’tit-Mari a reçu son cadeau de fêtes des pères avec un peu d’avance.
Monsieur bébé a décidé de nous faire une surprise en pointant le bout de son nez avec plus de 3 semaines d’avance.

En plaisantant, j’avais dit au papa qu’il aurait son 3ème fils pour la fête des pères…
C’était presque ça !

Jeudi : des contractions toute la journée.
Elles sont gênantes mais pas franchement douloureuses.
Elles me font danser d’une fesse à l’autre sans grimacer.

Dans la nuit, elles semblent se rapprocher mais c’est toujours pareil niveau intensité.
Je me dis que bébé se prépare doucement, il se fait beau et range sa chambre…

En plaisantant sur le trottoir vendredi matin avant de partir à l’école, on se dit au revoir mais pas « à ce soir » comme on en a l’habitude…
Mais plutôt « à tout à l’heure… »

Nos antennes de parents doivent sentir quelque chose…

J’emmène donc Loulou aà l’école avant une journée chargée en rendez-vous administratifs, médicaux…
Partie faire quelques courses rapides, nous voilà partis ouistiti, la mamie et moi direction la clinique… Juste pour contrôler…
Sauf que les contractions se sont intensifiées et rapprochées.
On en est à une toutes les 2-3 minutes.
Mais j’essaye de garder le sourire devant mon p’tit bonhomme qui au haut de ses 20 mois se demande un peu où on est.

Inutile de préciser que les rendez-vous en question ont du être annulés les uns après les autres au fur et a mesure de la journée, bafouillant quelques excuses au téléphone entre 2 contractions.

La sage femme me fait un monito et m’examine.
On a même le temps de faire un câlin avec ouistiti, qui s’endort dans mes bras bercé par les battements de cœur de son frère.
Verdict: on ne sait pas trop ce qu’il se passe.
Malgré les contractions, le travail n’avance pas et les médicaments ne font pas passer les contractions…
Donc on marche en attendant de voir ce qu’il se passe.
Et on rappelle P’tit-Mari, des fois que ce soit le bon jour…
A 14h, c’est décidé je reste au moins en observation…
A 15h, direction salle d’accouchement le travail s’est enclenché… Doucement mais sûrement.
Et puis pour un 3ème ça va vite, me dit-on.
Donc on va appeler l’anesthésiste rapidement.
La poche des eaux est percée.
Et là, Monsieur-Bébé a décidé que non finalement il resterai bien au chaud…
Chaque contraction le fait remonter au lieu de descendre.
On envisage doucement une césarienne…
Mais comme il ne souffre pas des contractions et que j’arrive encore à les gérer sans trop de soucis, on patiente un peu.
Ça serait dommage de devoir passer au bloc pour un troisième alors que les deux premiers sont nés sans soucis.

Et ensuite tout s’accélère…
Enfin surtout les contractions.
Les temps de repos sont maintenant plus courts que les contractions en elles-même.
Je commence à perdre pied.
Je sens un malaise arriver, les oreilles bourdonnent…
C’est décidé : césarienne.

5 minutes plus tard me voilà au bloc,
Attachée sur la table d’opération toujours avec les oreilles qui bourdonnent, des mouches dans les yeux et des nausées.
Il est 22h25, et Monsieur-Bébé pousse enfin son premier cri après plus de 12 heures de travail à la maternité.

Monsieur regardait les étoiles, le nez en l’air et ne pouvait donc pas s’engager.

On me le montre 30 secondes, le temps d’un bisou et il part rejoindre son papa pour les soins dans les bras de la sage femme.
La ressemblance avec ses frères est frappante.

Je me retrouve tremblotante entre l’émotion et l’anesthésie.
Seule, sans mari et sans bébé, même si je suis très entourée par toute l’équipe médicale qui m’avouera ensuite que je leur ai fait très très peur.
Le temps est à la couture pour le médecin et ensuite salle de réveil pour moi.
Comme je peux rapidement bouger mes orteils, on me laisse regagner ma chambre avant les 2 heures habituelles… Il est tard, la journée a été longue, j’ai hâte de retrouver mon bébé et mon mari.

Mari, que j’ai laissé inquiet sur le seuil de la salle d’accouchement, tout seul et que je retrouve souriant et soulagé avec bébé.
Ça y est ! Il est là ! On est là ! Et tout le monde va bien !
Maintenant, on peut pleurer de bonheur et plus seulement de peur et de stress…
Parce que oui, j’ai craqué, les nerfs ont lâchés et les larmes ont coulées quand on nous a annoncé la possibilité d’une césarienne.
Mais j’ai pu compter sur le soutien sans faille du papa, qui n’a rien laisser paraître de son stress pour me remonter le moral et me laisser partir plus sereine vers le bloc.

Tout au long de la grossesse, monsieur P’tit-Mari me demandait de ne pas accoucher la nuit ni un week-end.
Et Loulou voulait que son frère arrive un jour où il y a école.
Pari tenu, Arthur est arrivé vendredi soir à 22h25.
On nous avait prédit un gros bébé, il ne pèse que 3.060 kg et mesure 46.5cm.
Autant dire que les mamies sont arrivées en renfort avec des vêtements en naissance et prématurés.

8 h après ma césarienne, je pète le feu…
Je suis debout pour m’occuper de mon bébé…
Une jolie cicatrice qui ne ressemble à rien de plus qu’un trait de crayon…
Bref, tout est oublié !
Il ne reste que les bisous et les câlins… Le bonheur en somme !

Les grands ont rencontré leur petit frère hier, se battant autour du berceau pour avoir la meilleure place pour le voir… Une véritable histoire d’amour qui prend forme…

Alors voilà je pense que pour monsieur Ptit-Mari cette fête des pères a une saveur encore différente des précédentes.
Ça y est notre famille est là, au complet!

Bonne fête à tous les papas.
À mon mari.
Mais aussi à mon papa à moi, la première fois depuis 29 ans où je n’irais pas le voir pour sa fête…
C’est lui qui passera nous voir ! Mais je crois qu’un câlin de son p’tit fils pardonnera tout ça 😉