Ce mec…


Ce mec…
Celui qui arrive encore à me donner des papillons dans le ventre et qui me fait frissonner quand je le vois ou j’entends sa voix.

Celui qui me fait écrire des mots d’amour sur des biscuits, cuire des pâtes en forme de cœur et
dessiner des cartes avec des lettres dorées…

Celui grâce à qui je connais tous les emojis cœur…

Celui avec qui je peux devenir la nana la plus cul-cul du monde et même pas peur du regard des autres…

Celui qui me fait danser sous la pluie et sauter dans les flaques d’eau…
Celui qui aura toujours une place dans ses bras et dans son emploi du temps, qu’importe le moment…

Celui qui commence ou termine mes phrases…
Celui avec lequel les mots sont parfois superflus, un regard suffit…

Celui qui me fait rire à en pleurer…

Celui qui lance une bataille de boules de neige au milieu de la nuit, parce que la vie est courte et qu’on dormira plus tard…

Celui avec qui j’ai –presque– pas peur des films d’horreur…
Celui qui ajoute des films de filles dans sa liste Netflix pour qu’on les regarde tous les deux…

Celui qui essaye de m’expliquer –plusieurs fois– sans râler ni s’impatienter les différents personnages de Star Wars, Alien et Terminator… et j’en passe…

Celui qui connaît par cœur les répliques des Goonies, Indiana Jones, Ghostbusters, Retour vers le futur et tant d’autres…

Celui à qui je laisse le dernier carré de chocolat sans bouder…
Celui qui se lève au milieu de la nuit alors que les enfants appellent « Maman »,
Celui que je laisse dormir le dimanche matin quand les enfants sont déjà tous debout.

Celui qui sera à tout jamais le champion des playlists et des blind-test inavouables…

Celui qui déplacerait des montagnes pour sa p’tite famille et que je suivrais jusqu’au bout du monde…

Celui grâce à qui je suis devenue la meilleure version de moi-même !

Eh bah ce mec, c’est le mien !
Et ça fait 10 ans qu’on se partage son nom !

3 réflexions au sujet de « Ce mec… »

  1. Menthol

    Le mien ça fait 20. Et je peux écrire presque la même chose (il s’en tape du ciné). J’adore le lui dire d’ailleurs.
    20ans et je n’en reviens pas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *