IL était là…


…Tapis dans l’ombre, à attendre patiemment son heure pour pouvoir attaquer juste quand il faut.
Pour s’assurer que cette fois, la bête ne se relèvera pas… On le sent, qui rôde et qui flotte au-dessus de nous…
Alors on se noit dans les projets, la vie de famille, le boulot et les rencontres…
C’est grisant, ça fourmille d’idées, d’envies et de projets sans jamais s’arrêter…
S’arrêter, c’est reculer…
Et puis si je m’arrête, il va finir par me rattraper.
Alors, on fonce !

Avec une tête bien pleine et bien occupée, je ne lui laisse aucune place, aucune chance.
Je peux me retourner et voir l’écart entre nous se creuser, même si parfois il peut avoir tendance à diminuer…
Je peux lui dire gentiment « Écoute mon coco ! Là, tu vois c’est pas le moment ! J’ai vraiment pas le temps, alors repasse plus tard… » 
Plusieurs fois, j’ai réussi à lui faire rebrousser chemin.

La tête tient le coup… Pendant un moment…
Mais c’est le corps qui commence à fatiguer dans cette course folle…
Des nuits trop courtes, des petits et gros bobos, des kilos qui s’installent comme pour former un rempart, le regard sur soi qui change et la confiance en soi qui s’effrite…

Mais on continue… Tête baissée !
On redouble d’efforts, on se lance un nouveau défi, et puis un autre et puis encore un autre…
On prend tout à bras le corps…

Sauf qu’aujourd’hui, c’est une journée Ouin-Ouin, c’est pas la grande forme, il pleut, il fait froid, les enfants tournent en rond, envie de rien…
On va rester plan-plan, repousser à demain les obligations d’aujourd’hui et attendre que la journée se passe…

Et puis la goutte d’eau !
Ton téléphone qui te lâche… Un peu… mais pas totalement…
En gros, il fonctionne très bien pour les vidéos de Peppa Pig mais tu ne peux ni envoyer de texto, ni relever tes mails et encore moins téléphoner…

C’est rien, c’est juste matériel ! Il suffit de reprendre l’ancien et puis voilà… Y a pas mort d’homme !
Oui, c’est vrai !
Sauf qu’IL est toujours là… Et qu’IL a décidé de passer à l’action maintenant !

Et cette histoire de téléphone ne sert de prétexte que pour te rappeler que tu as beau t’occuper la tête, tu n’es et restera qu’une sombre merde !

Bah oui ! Si tu n’avais pas cédé quand les enfants réclamaient des vidéos l’autre fois… Tu n’en serai pas là !
Si tu t’occupais un peu plus/mieux de tes gosses, il n’y aurait pas de problèmes…
Si tu faisais un peu plus attention à ce qu’il se passe autour de toi, tu aurai VU, tu aurai SU et tu aurai PU agir, plus tôt, beaucoup plus tôt !

Pour le téléphone, il y a plusieurs solutions :
1° Ce soir, quand monsieur rentrera, après une longue journée de travail, il essayera de le réparer…
Hier c’était l’appuie-tête du canapé que les enfants ont replié de travers, avant-hier c’était la machine, la semaine dernière c’était autre chose et la semaine encore avant c’était encore autre chose…
2° Je reprendrai mon ancien ancien téléphone, contre lequel je pestais déjà à l’époque parce qu’il fonctionnait un coup sur deux…
3° Monsieur, en voulant me remonter le moral et croyant bien faire, foncera en acheter un autre.

Sauf que ça ne réglera pas le problème…
Chaque fois que j’utiliserai ce téléphone, ça me rappellera que je suis une merde…

Cherche pas ! Je connais déjà ça avec le lave-vaisselle dont j’ai cassé une butée en passant mes nerfs dessus… J’étais en colère ! C’était physique ! Fallait que ça sorte d’une façon ou d’une autre…
Chaque fois que je le vide et que le tiroir se barre, c’est comme s’il me disait… « Tu vois tes conneries, tu te crois maligne ! »

Et là ! Tu sais qu’IL est là ! IL a gagné !
Alors entre 2 sanglots, tu te demandes depuis combien de temps il t’observe sans rien dire… Attendant la faille… Patiemment, sournoisement, pour mieux surgir et te mettre à terre…

Des semaines, des mois, des années peut-être… Je ne le sais même pas…

Alors je vais remettre mon plus beau sourire, mes gros pulls sans forme et une bonne dose de vitamines et je vais me cacher derrière tout ça…
Attendant que ce foutu burn-out passe son chemin et aille voir ailleurs si j’y suis…
Et quand il reviendra, je serai prête à lui botter le cul !

Désolée pour ce billet pas très réjouissant.
D’habitude, c’est plutôt Bisounours Land par ici, je n’évoque jamais ou très peu mes faiblesses, mes peurs et mes défaites (Et je peux vous dire qu’il y en a)…  Mais fallait que ça sorte !

Je me dis que je dois être sur la bonne voie…
Le déni, la colère, l’expression, la dépression c’est fait !
Il ne me reste plus que l’acceptation… C’est un gros morceau celui-là… Mais on va y arriver ! 😉

4 réflexions au sujet de « IL était là… »

  1. zazoux

    hello,
    ben alors c’est quoi ce billet si pessimiste.. on est pas habitué à ça. mais le burn out existe et ne doit pas être ignoré.
    Déjà, tu l’as identifié et c’est une grand pas, j’ai connu ça l’année dernière et il a fallu que je me calme .. Désormais, on léve le pied dés qu’on peut.

    Alors te connaissant, tu vas le vaincre ce sournois tapis dans l’ombre et parfois ça fais aussi du bien de l’écrire et de poser des mots sur des maux…

    Alors courage et tiens nous au courant..

    zaz

    Répondre
  2. NATOUNE

    JE ne vous connais pas.
    Je ne vous verrai certainement jamais de notre vie.
    En revanche je vous lis .
    Et je peux vous dire que :
    Vous n’êtes pas -une sombre merde.
    JAMAIS ! JAMAIS ! JAMAIS !
    Vous êtes une nana qui est une sorte de SHIVA .
    Millions de projets , d’envies de réalisations plus chouettes les unes que les autres.
    Accordez-vous un petit peu d’amour.
    Dites vous que vous êtes La personne La plus importante de votre vie.
    Que dans le film de votre vie c’est vous qui avez Le premier rôle.
    Un brin d’indulgence à votre égard me semble nécessaire.
    Aimez-vous parce que vous êtes aimable.
    Je vous souhaite de vous retrouver …..et de vous apprécier.
    Faites -vous passer de temps en temps en premier.
    Devenez votre Meilleure Amie.
    Je me permets un poutou ( virtuel ).
    Prenez grand soin de vous.

    Répondre
  3. Miriel

    Du fond du Coeur, merci. Merci de partager vos bonnes idées, vos astuces, … et merci de partager aussi ces pensées plus sombres.
    Parfois, à lire régulièrement les blogues comme le vautre j’en viens à me demander si je suis à la hauteur dans mon rôle de maman. Quand, ma cuisine n’est pas rangée, quand le ménage n’a pas été fait depuis trop longtemps, quand mes filles s’ennuient et que je me défile, quand il fait beau et que j’ai la flemme de les habiller pour sortir, lorsque la goute d’eau me fait crier alors que cela ne peut avoir aucun effet positif…
    Alors merci, merci de partager ces moments de blues, quelle qu’en soit l’intensité, car je me dis que toutes les mamans qui sont derrière ces supers blogs ne sont pas si différentes de moi, nous avons toutes nos ombres qui nous collent aux basques, et une épée de damocles qui nous menace dès que l’on baisse la vigilance.
    Mais nous sommes des maman formidables, extraordinaires ! Parce que nous y mettons tout notre Coeur et tout notre amour et parce que nous le faisons avec/malgré nos défauts !
    Du fond du cœur, merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *